Débat d’orientation budgétaire – Assemblée plénière 29 septembre 2017

François-Xavier PENICAUD devait intervenir lors du débat d’orientation budgétaire tenu lors de l’Assemblée Plénière le 29 septembre. Cela n’a hélas pas pu se faire en raison d’un retard de plusieurs heures dans le déroulé des débats et tandis qu’il devait prendre le dernier vol en direction de la Bretagne pour rejoindre les Universités de Rentrée du Mouvement Démocrate où il animait une table ronde demain matin tôt. C’est pourquoi, à défaut, nous en faisons la diffusion numérique.

« Monsieur le Président,

L’orientation budgétaire reste, pour une collectivité, un des piliers centraux de la vie démocratique de nos territoires. L’exercice de ce débat d’orientations budgétaires en particulier constitue un moment charnière dans la mise en œuvre des engagements et du projet de mandat de notre majorité régionale.

Un vaste mouvement qui incite à plus de transparence de l’action publique est à l’œuvre. Le débat d’orientation budgétaire tel qu’il nous l’est proposé en est un exemple.
Cette transparence nous nous y sommes engagés et nous renouvelons ce souhait à l’occasion de ce débat d’orientations. Notre action régionale mérite d’être planifiée, analysée, expliquée et évaluée.

Je le disais, ce débat arrive à un moment charnière de la mandature. Vous avez, dès la première année, entrepris un chantier immense, courageux, de réduction des dépenses de fonctionnement. Cela nous a permis de reconstituer la capacité d’épargne et donc nos marges de travail que ce soit pour réduire notre endettement avec régularité, stabiliser voir réduire la fiscalité, mais surtout pour développer de nouvelles politiques publiques et en particulier de redéploiement stratégique de nos investissements. Cette priorité donnée à l’investissement, nous l’avions porté hier ensemble, et nous sommes heureux qu’au travers de ce DOB vous nous proposiez de porter ensemble, demain, avec la même exigence, sa mise en œuvre.

L’exercice budgétaire prochain constituera un moment charnière aussi parce que nous rentrons dans le dur de la mise en œuvre du CPER tel que renégocié, avec exigence, l’an passé. C’est là encore avec exigence, notamment sur le rythme de sa mise en œuvre, que nous devons nous engager dans sa mise en œuvre.

Tout en poursuivant le travail de baisses des dépenses de fonctionnement, à un rythme certes moins intense mais toujours déterminé, il s’agit aujourd’hui – c’est essentiel – d’enclencher les politiques nouvelles et les chantiers d’investissement au service desquels tous ces efforts ont été consentis.
Notre groupe sera attentif à ce que le budget que vous nous proposerez le reflète.

Dans le cadre de l’objectif de réduction des coûts de fonctionnement, vous souhaitez que nous engagions avec audace dans un développement de l’e-administration. Nous sommes heureux que vous ayez souhaité affirmer fortement cette orientation (en créant une délégation dédiée) en particulier grâce au travail de Juliette Jarry & Samy Kefi-Jérôme que je salue.

Sans revenir sur tous les axes d’économie envisagés, il en est un qui illustre aussi le caractère charnière de ce moment : la rationalisation du nombre d’opérateurs régionaux et de leur périmètre d’intervention qui doit être une opportunité pour réaliser des économies d’échelle sans altération de la qualité de service. Après la phase de réorganisation qui a fait suite à la fusion des deux anciennes régions, nous devons pouvoir récupérer les fruits que cette réorganisation a apportés à l’efficience de nos services.

Nous voulons ici en profiter pour rendre hommage au travail que Guillaume Boudy, avec Etienne Blanc et l’ensemble de l’exécutif, a fourni à vos côtés sur ce sujet, ainsi qu’à tous les agents qui ont œuvré dans cette période, pour que cette réorganisation devienne une opportunité plutôt qu’une difficulté.

Ces économies, donc, doivent nous permettre de privilégier à nouveau l’investissement.
Nous ne cesserons de le souligner : il est impératif que notre Région ne s’installe pas dans une logique purement gestionnaire, ce afin de jouer à plein un rôle de Région stratège.

Dans un contexte global contraint dans lequel les marges de manœuvre s’amenuisent en permanence notre démarche budgétaire doit nous conduire à travailler dans le sens d’une réduction des inégalités et des déséquilibres.

En matière de déséquilibres territoriaux notamment, nous sommes particulièrement attentifs au travail amorcé sur le numérique. Nous sommes heureux que vous le réaffirmiez.

Vous nous proposez d’ailleurs une orientation budgétaire qui nous permette d’engager un plan massif d’investissement dans nos lycées, essentiel pour garantir la qualité des conditions de travail de nos enfants et pour les conditions de travail de nos enseignants, tandis qu’un large retard a été pris en la matière mais surtout tandis que des inégalités territoriales se sont creusées en la matière. Nous le saluons. Nous serons cependant attentifs que là, comme ailleurs, les choses se fassent sans dérapage, sans excès. Il ne peut y avoir d’effet d’aubaine, parce qu’il n’y a pas d’aubaine, il y a une urgence.

Vous nous proposez aussi de poursuivre les efforts d’investissement en direction d’un grand plan en faveur du handicap et en direction d’un meilleur accès aux soins et notamment des maisons et centres de santé. Nous saluons cette volonté claire des faire de notre collectivité une collectivité solidaire, qui se soucie des plus fragiles, des plus isolés, des empêchés et de ses aînés. Là encore, pour y travailler, nous sommes heureux que vous ayez souhaité faire appel à la sensibilité et aux compétences particulières de notre famille de pensée démocrate et humaniste. Elles seront mises au service du plus grand nombre.

Pour finir, nous souhaiterions que, dans ce temps de débat d’orientation budgétaire, puissent être rappelés les engagements de notre majorité en direction de l’emploi, de la formation, et de l’insertion par le travail.

Lors des discussions sur le compte administratif, en juin dernier, notre groupe avait, par la voix d’Anne Pellet, regretté l’importance du non consommé sur le budget formation 2016 et exprimé sa vigilance quant à la nécessité d’en analyser les causes et que cela ne se traduise pas par une réduction de nos engagements en la matière mais au contraire que cela nous renforce dans notre détermination. Vous avez engagé le premier pas, comme plusieurs rapports soumis à cette assemblée et en commission permanente, l’atteste.

Le second pas sera celui du budget. Notre groupe sera extrêmement attentif à ce que ce pas puisse être franchi.

De même nous resterons dans une démarche de bienveillance quant aux financements accordés à la politique de la ville, à la solidarité, et aux dispositifs de l’insertion pour les personnes précaires ou détachés du monde du travail.

Les politiques culturelles, facteur de vivre ensemble seront également pour nous essentielles. Elles favorisent le lien social dans une société où les clivages sont plus facilement tangibles que les points de rassemblement des classes.

Enfin nous serons aussi vigilants au regard de la protection de l’environnement qui, si l’on arrive à faire de l’écologie un véritable atout économique, sera vecteur d’emplois dans notre Région.

Ce débat d’orientation budgétaire nous permet de travailler posément après une première année pleine de mandature. Le soutien libre du Groupe Centre & Indépendants demeure intact pour poursuivre les efforts engagés et contribuer à la maîtrise raisonnée et raisonnable du budget d’Auvergne Rhône Alpes.

Nous nous en réjouissons.

Je vous remercie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

Laisser un commentaire